Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Bazar de Jonathan

Le Bazar de Jonathan

Des parcs, du Disney, des idées, du bordel, de la poésie, des amis, des infos et du pâté.

J'ai testé pour vous... Texas Chainsaw Massacre 3D

Texas Chainsaw, un magnifique film qui m’a fait saliver depuis le premier jour où j’ai vu la bande annonce (dans la Playlist d’Allociné, en déclanchement automatique juste après Moi, Moche et Méchant 2, pauvre enfants qui ont regardés….).  

Bref, 31 Juillet 2013, je suis au rendez-vous pour la première séance de ce film, un bon remake de Massacre a la Tronçonneuse... enfin j'espérais... 

 

Si on se réfère seulement au titre original, Texas Chainsaw on pense qu'on va avoir affaire à l'histoire d'une tronçonneuse venant du Texas (ouh la belle BDM). En réalité, il s'agit bien sûr d'une nouvelle déclinaison du massacre culte de Tobe Hooper, la 7ème déclinaison d'une franchise revigorée par le succès du remake sorti en 2003. Cela commence ici de façon accrocheuse puisqu'on nous propose une suite directe du film de Tobe Hooper et on démarre exactement là où il s'arrêtait. On déchante très vite lorsqu'on se rend compte que cette introduction idiote et incohérente par rapport à l'original est un simple prétexte pour faire un bond de vingt ans en avant. 

On se retrouve donc en 1994. Une jeune fille, devenue grande et bustée (Et qui a beaucoup pousée au niveau de 2 endroits ^^) , récupérée sur les lieux du massacre dans les bras de sa mère à l'agonie, elle apprend, sans qu'on réussisse à comprendre comment, qu'elle est la dernière héritière de la famille Sawyer (c'est-à-dire la famille de dégénérés de l'opus original). 

On a tous une amie qui se met a moitié nue dans une voiture rempli de mecs quand on conduit... Non ??? 

Cet héritage comprend une immense bâtisse remplie d'argenterie ainsi qu'un sous-sol dans lequel vit reclus son cousin Leatherface. Mais ça, elle ne le sait pas encore. Ni une ni deux, désirant changer d'air car étouffée par ses parents adoptifs et un métier qui ne lui plaît pas, la jeune femme décide de prendre la route avec quelques amis en direction de cette nouvelle propriété dont elle ignore le lourd secret.

Sachez que le scénario est situé en plein millieu des années 1990, cela signifie qu'a l'époque, les téléphones, Tablettes, PC, n'étaient pas les mêmes qu'aujourd'hui. Bien entendu, devant un tel film, on ne prête pas spécialement attention aux détails. On est même prêt à faire fi de petites incohérences peu gênantes. 

Mais cependant... A un moment on ne peux pas pardonner le flic, qui voulant profiter de la 4G, sorte son Iphone 5 pour filmer et montrer en temps réel la visite du sous-sol où vit Leatherface à ses collègues qui, de leur côté, suivent tout ça sur une tablette tactile dernier cri ! Ça craint a mort... Texas Chainsaw 3D  se situe donc en réalité à une époque hybride, dans un univers parallèle (ouais mais la, on est plus raccord avec l'histoire ? Oh et puis merde, ce film est un bouzin !!!).

On passe tout le film à espérer voir une paire de boobs (en 3D qui plus est), et on est relativement déçu. L'actrice principale, Alexandra Daddario, ne manque pourtant pas d'arguments, notamment deux situés entre ses épaules, à la croisée diabolique du chemin menant du menton au nombril. Lorsqu'elle court, l'actrice justifie ses formes. Lorsqu'elle se met de profil, aussi. Malheureusement, les américains ont un gros problème avec l'érotisme, puisque dans ce film, on nous montre les pires horreurs (découpage en deux à la tronçonneuse d'un type suspendu à un crochet de boucher, défonçage d'une tronche à coups de marteau, déchiquetage d'un mec dans un hachoir géant, etc), par contre, pas un seul bout de téton à l'horizon. On devra se contenter de quelques formes, de soutiens gorges, de nombril, de shorts a ras la minette, mais RIEN !!!  

A une époque, on avait dans ces films du faux sang et des vrais seins. Maintenant, c'est l'inverse : ce sont des faux seins et du vrai sang. En tout cas, ça en a tout l'air, je ne renommerais pas le film Texas ChainBoobs.  Néanmoins, je veux croire que l'actrice principale est encore 100% naturelle, même si la pudibonderie du film m'a empêché de me faire une idée précise et arrêtée sur la question. Le nom de famille d'Alexandra Daddario la destinait dès la naissance à porter un double D. Ses seins sont capables d'étouffer n'importe quel être humain par suffocation, mais cette capacité n'est malheureusement jamais utilisée dans ce film. 

BOOBIES !!!! eh beh non

Un film qui, contrairement au remake de 2003, semble avoir oublié que la raison principale pour laquelle on regarde de tels slashers, c'est pour voir courir des minettes bien gaulées et espérer apercevoir leur anatomie de manière suffisamment explicite. Au lieu de ça, on essaie régulièrement de nous faire sursauter à coup de jump scares insupportables et les personnages crèvent un à un, sans qu'on en ait jamais quelque chose à faire, dans des mises à mort sans originalité, car oui, c'est bien cela qu'on est amené à juger quand on regarde un tel film : la qualité et l'originalité des meurtres.

Texas Chainsaw 3D n'a de 3D que le nom (et le logo du film dans le générique). Beaucoup de D donc, dans un film obsédé par le double D de son actrice mais qui n'en fait rien, et que j'ai aussitôt dégagé de ma liste des films a télécharger sur mon DD externe. Horriblement bête et moche, ce nouvel opus enfonce encore davantage la franchise et la fait plus que jamais ressembler à son personnage emblématique, Leatherface.

Bref, 31 Juillet 2013, je suis au rendez-vous pour la première séance de ce film, un bon remake de Massacre a la Tronçonneuse... enfin j'espérais... 

 

Si on se réfère seulement au titre original, Texas Chainsaw, on pense qu'on va avoir affaire à l'histoire d'une tronçonneuse venant du Texas (ouh la belle BDM). En réalité, il s'agit bien sûr d'une nouvelle déclinaison du massacre culte de Tobe Hooper, la 7ème déclinaison d'une franchise revigorée par le succès du remake sorti en 2003. Cela commence ici de façon accrocheuse puisqu'on nous propose une suite directe du film de Tobe Hooper et on démarre exactement là où il s'arrêtait. On déchante très vite lorsqu'on se rend compte que cette introduction idiote et incohérente par rapport à l'original est un simple prétexte pour faire un bond de vingt ans en avant. 

On se retrouve donc en 1994. Une jeune fille, devenue grande et bustée (Et qui a beaucoup pousée au niveau de 2 endroits) , récupérée sur les lieux du massacre dans les bras de sa mère à l'agonie, elle apprend, sans qu'on réussisse à comprendre comment, qu'elle est la dernière héritière de la famille Sawyer (c'est-à-dire la famille de dégénérés de l'opus original). 

Cet héritage comprend une immense bâtisse remplie d'argenterie ainsi qu'un sous-sol dans lequel vit reclus son cousin Leatherface. Mais ça, elle ne le sait pas encore. Ni une ni deux, désirant changer d'air car étouffée par ses parents adoptifs et un métier qui ne lui plaît pas, la jeune femme décide de prendre la route avec quelques amis en direction de cette nouvelle propriété dont elle ignore le lourd secret.


Sachez que le scénario est situé en plein millieu des années 1990, cela signifie qu'a l'époque, les téléphones, Tablettes, PC, n'étaient pas les mêmes qu'aujourd'hui. Bien entendu, devant un tel film, on ne prête pas spécialement attention aux détails. On est même prêt à faire fi de petites incohérences peu gênantes. 

Mais cependant... A un moment on ne peux pas pardonner le flic, qui voulant profiter de la 4G, sorte son Iphone 5 pour filmer et montrer en temps réel la visite du sous-sol où vit Leatherface à ses collègues qui, de leur côté, suivent tout ça sur une tablette tactile dernier cri ! Ça craint a mort... Texas Chainsaw 3D se situe donc en réalité à une époque hybride, dans un univers parallèle (ouais mais la, on est plus raccord avec l'histoire ? Oh et puis merde, ce film est un bouzin !!!).

On passe tout le film à espérer voir une paire de boobs (en 3D qui plus est), et on est relativement déçu. L'actrice principale, Alexandra Daddario, ne manque pourtant pas d'arguments, notamment deux situés entre ses épaules, à la croisée diabolique du chemin menant du menton au nombril. Lorsqu'elle court, l'actrice justifie ses formes. Lorsqu'elle se met de profil, aussi. Malheureusement, les américains ont un gros problème avec l'érotisme, puisque dans ce film, on nous montre les pires horreurs (découpage en deux à la tronçonneuse d'un type suspendu à un crochet de boucher, défonçage d'une tronche à coups de marteau, déchiquetage d'un mec dans un hachoir géant, etc), par contre, pas un seul bout de téton à l'horizon. On devra se contenter de quelques formes, de soutiens gorges, de nombril, de shorts a ras la minette, mais RIEN !!!  

A une époque, on avait dans ces films du faux sang et des vrais seins. Maintenant, c'est l'inverse : ce sont des faux seins et du vrai sang. En tout cas, ça en a tout l'air, je ne renommerais pas le film Texas ChainBoobs.  Néanmoins, je veux croire que l'actrice principale est encore 100% naturelle, même si la pudibonderie du film m'a empêché de me faire une idée précise et arrêtée sur la question. Le nom de famille d'Alexandra Daddario la destinait dès la naissance à porter un double D. Ses seins sont capables d'étouffer n'importe quel être humain par suffocation, mais cette capacité n'est malheureusement jamais utilisée dans ce film. Un film qui, contrairement au remake de 2003, semble avoir oublié que la raison principale pour laquelle on regarde de tels slashers, c'est pour voir courir des minettes bien gaulées et espérer apercevoir leur anatomie de manière suffisamment explicite. Au lieu de ça, on essaie régulièrement de nous faire sursauter à coup de jump scares insupportables et les personnages crèvent un à un, sans qu'on en ait jamais quelque chose à faire, dans des mises à mort sans originalité, car oui, c'est bien cela qu'on est amené à juger quand on regarde un tel film : la qualité et l'originalité des meurtres.

Texas Chainsaw 3D n'a de 3D que le nom (et le logo du film dans le générique). Beaucoup de D donc, dans un film obsédé par le double D de son actrice mais qui n'en fait rien, et que j'ai aussitôt dégagé de ma liste des films a télécharger sur mon DD externe. Horriblement bête et moche, ce nouvel opus enfonce encore davantage la franchise et la fait plus que jamais ressembler à son personnage emblématique, Leatherface.

J'ai testé pour vous... Texas Chainsaw Massacre 3D

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Windows 10 28/10/2014 13:58

Even when it has a lot of remakes and sequels the movie that always stand apart from the others is the original one that was made years ago. It was and is still the most terrifying on screen adaptation of the real event.